Projet HyGO : l’hydrogène vert pour la mobilité et l’industrie

L’hydrogène vert représente un levier d’accélération de la transition écologique, par le biais de la transformation des modes de production et d’exploitation des énergies. Cette énergie produite à partir d’électricité renouvelable et d’eau vient remplacer les énergies fossiles particulièrement polluantes. L’utilisation d’hydrogène décarboné est surtout pertinente pour la mobilité lourde et l’industrie.

La mise en application de l’hydrogène vert repose notamment sur les appels à projets lancés par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Différents acteurs locaux lui soumettent une idée de stratégie de développement de l’hydrogène sur leur territoire (région, département ou ville). On retrouve alors le projet HyGO en Bretagne, qui vise à décarboner les process industriels du groupe Michelin et les transports de la région.

Hydrogène vert : mobilité, industrie, logistique Grand-Ouest - HyGO-1

HyGO : un projet hydrogène lauréat des appels de l’ADEME

La massification de la production, du stockage, de la distribution et de l’utilisation de l’hydrogène décarboné dépend de la contribution des acteurs publics. En France, plusieurs plans et stratégies ont été mis en place ces dernières années : le plan France 2030, la stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et la stratégie de développement de l’hydrogène vert. Tous les secteurs et acteurs concernés par ces mesures doivent œuvrer pour atteindre plusieurs objectifs environnementaux, sociaux, politiques ou économiques, notamment liés à la transition énergétique.

La concrétisation de ces mesures est en partie possible avec le lancement d’appels à projets par l’ADEME. L’agence contribue au financement des projets de développement de l’hydrogène vert proposés par des collectivités, entreprises ou autres acteurs économiques. Le projet soumis à l’ADEME doit répondre à l’un de ces 4 objectifs au minimum :

  • le développement de l’économie circulaire et des énergies renouvelables, à l’image de l’hydrogène décarboné ;
  • la réduction des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, notamment de dioxyde de carbone (CO2) ;
  • la reconversion des friches et sites pollués ;
  • l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur.

Le projet HyGO fait partie des lauréats des appels à projets H2 – mobilité de l’ADEME. Une aide de 1,8 million d’euros a donc été versée par l’agence, pour un total de 8 millions d’euros à investir dans ce projet. Parmi les autres projets ayant reçu une part de la subvention mise à disposition pour le développement de l’hydrogène, on retrouve H2Ouest (Pays de Loire), HyAMMED (Aix-Marseille), DMS Energhy (Dijon), DépHy2A (Ajaccio), LH2 (Le Havre) ou encore H2Pro (Ile-de-France).

Les acteurs du projet HyGO dans le Grand-Ouest

Le projet de production et de distribution d’hydrogène renouvelable en Bretagne est porté par la co-entreprise Hygo. Créée en 2020 par ENGIE Solutions et Morbihan Énergies (SEM 56 énergies), elle est dédiée au développement de l’hydrogène renouvelable dans le Grand-Ouest en faveur de la mobilité, de l’industrie et de la logistique.

À travers Hygo, ce sont donc Morbihan Énergies et ENGIE Solutions qui ont porté ce projet. Morbihan Energies est un syndicat d’énergie qui regroupe principalement des banques de la région bretonne et dont l’objectif est d’aider les collectivités du département à répondre aux nouveaux enjeux de la transition énergétique. ENGIE Solutions n’est autre qu’une filiale à 100 % du fournisseur d’énergies du même nom. Elle accompagne les clients professionnels du groupe ENGIE dans les démarches de décarbonation de leurs process.

Trois partenaires se sont joints à Hygo pour faciliter le déploiement de l’hydrogène sur le territoire. Il s’agit de :

  • Michelin, le leader des pneus et de la mobilité, qui va profiter d’une partie de la production d’hydrogène assurée sur son propre site à Vannes ;
  • la Région Bretagne, plus particulièrement Bretagne Développement Innovation (BDI), une association financée par le Conseil régional pour favoriser le développement économique et l’innovation en entreprise ;
  • la Banque des Territoires, faisant partie des cinq métiers de la Caisse des Dépôts, propose son expertise de conseil et de financement aux acteurs territoriaux pour mener à bien leurs projets.

Hydrogène vert : mobilité, industrie, logistique Grand-Ouest - HyGO-2

Les grandes lignes du projet hydrogène HyGO

En janvier 2021, la signature du projet HyGO a amorcé la construction d’une station hydrogène sur le site de l’usine Michelin, à Vannes. Cette station hydrogène permettrait de fournir les besoins de l’usine en énergie, mais aussi d’alimenter des véhicules grand public. Au vu de son impact sur l’industrie et sur la mobilité, le projet HyGO a tout pour répondre aux enjeux de la transition énergétique à travers le concept de zéro émission nette de CO2.

Le groupe Michelin sera amené à consommer une partie de la production d’hydrogène vert pour décarboner son process de traitement thermique. Cela lui permettra de contribuer à la baisse des émissions de l’industrie manufacturière, comme le prévoit la stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Cette industrie fait partie des activités les plus émettrices de CO2 en France (après le transport et l’agriculture).

Ensuite, l’autre axe majeur du projet HyGO est lié à la mobilité, le transport étant le secteur le plus émetteur de CO2 en France. Le reste de l’hydrogène produit sur le site de Michelin sera utilisé pour alimenter les véhicules équipés de piles à combustible en hydrogène. D’ailleurs, l’ADEME et la Région Bretagne proposeront des aides financières pour l’acquisition de véhicules hydrogène qui seront ravitaillés à la station de Vannes.

La pluralité des objectifs du projet HyGO en fait donc une solution tout à fait cohérente face à l’urgence climatique, du moins à l’échelle du territoire breton.

Le projet HyGO en pratique à Vannes

Le déploiement de l’hydrogène vert dans le Grand-Ouest a donc commencé par l’installation d’une station de production, de stockage et de distribution d’hydrogène vert en un seul lieu : l’usine du groupe Michelin à Vannes, dans le Morbihan. Il s’agit de la première station hydrogène vert en Bretagne, permettant de dynamiser la filière hydrogène sur le territoire.

Construite par ENGIE Solutions via la société Hygo en 2021, la station permet aujourd’hui de produire 270 kg d’hydrogène par jour, dont 40 kg consommés par Michelin. La station HyGO est aussi ouverte au public pour avitailler en hydrogène décarboné différents moyens de transport : des semi-remorques, des flottes de véhicules professionnels ou encore des bus. L’ouverture de la station de recharge a permis d’inciter des acteurs locaux à s’engager dans des essais de véhicules hydrogène, en leur permettant de n’investir que dans les véhicules et non pas dans l’avitaillement.

En tout cas, le projet HyGO fait partie des projets pionniers de stations hydrogène vert en France. Il garantit la promotion et le développement de la filière hydrogène dans les domaines de la mobilité, de l’industrie et de la logistique.

Nous vous recommandons ces autres pages :